Pathologies allergiques

Le Docteur Fauquier Stéphan assure la prise en charge diagnostique et thérapeutique des diverses pathologies allergiques touchant l’oeil et les paupières.

Il existe deux types d’allergie :

L’allergie immédiate

L’allergie immédiate (hypersensibilité immédiate ou de type 1), dont la cellule clé est le Mastocyte et le médiateur l’Histamine, se traduit au niveau cutané ou des paupières par une urticaire et/ou un oedème.
Au niveau oculaire le symptôme principal est la démangeaison (prurit). Elle peut s’accompagner d’une inflammation de la conjonctive, plus ou moins d’un oedème de la conjonctive (chémosis). Il y a parfois des sécrétions blanchâtres filamenteuses. Elle est toujours bilatérale et il n’y a pas de baisse d’acuité visuelle.
Les tests pour essayer de déterminer le ou les allergènes en cause s’appellent des pricks. Ils sont effectués sur les avant-bras par l’allergologue avec des résultats en 20 minutes. Ils sont malheureusement un peu moins pertinents pour les allergies oculaires que pour les allergies cutanées.

L’allergie retardée

L’allergie retardée (hypersensibilité retardée ou de type 4), dont la cellule principale est le lymphocyte T. L’atteinte cutanée ou palpébrale est un eczéma.
Au niveau oculaire les symptômes sont bilatéraux et similaires à l’allergie immédiate mais on peut avoir en plus une érosion cornéenne superficielle (kératite) avec plus ou moins baisse d’acuité visuelle et gène à la lumière (photophobie).

Une consultation en commun avec un dermato-allergologue

Pour les cas difficiles le Dr Fauquier a mis en place une consultation en commun avec le Docteur Castelain, dermato-allergologue, dans le service de Dermatologie du Professeur Grob à l’Hôpital de la Timone à Marseille.
Les tests cutanés d’allergie peuvent alors être pratiqués dans le même temps.
Les Drs Fauquier et Castelain font partie des rares praticiens en France qui pratiquent des tests de provocation conjonctivaux. Ce test indolore permet de prouver l’implication d’un allergène. Il est néanmoins réservé à certains patients qui présentent des difficultés diagnostics.

Les Drs Fauquier et Castelain ont également développé une collaboration avec le Dr Vite, une des spécialistes françaises de l’exploration biologique de l’allergie de type immédiat, afin de mettre en place de nouveaux tests diagnostics pour les conjonctivites allergiques.
Dans certains cas nos patients pourront donc bénéficier de tests de toute dernière génération.

Questions/Réponses

Cliquez sur chaque question pour afficher la réponse associée.

Qu'appelle-t-on conjonctivite allergique saisonnière ?
Il s'agit de conjonctivite dont le mécanisme est l'hypersensibilité immédiate, c'est à dire que la réaction après le contact est de l'ordre de quelques secondes à quelques minutes à peine. Elle est dite saisonnière car la personne réagit durant la ou les mêmes périodes de l'année. Les allergènes les plus fréquemment en cause sont les pneumallergènes, c'est à dire des allergènes véhiculés dans l'air (pollens de plantes ou d'arbres par exemple) et qui viennent directement au contact de la conjonctive et déclenchent la réaction.
» Réseau National de Surveillance Aérobiologique
Qu’appelle-t-on conjonctivite allergique chronique ou per annuelle ?
C’est exactement la même chose que l’allergie saisonnière mais elle est permanente, les allergènes en cause sont aussi véhiculés dans l’air mais sont différents de précédemment et parfois associés (acariens, poils d’animaux, moisissures, collyres, produits cosmétiques ou de nettoyage…).
Qu’est ce que la kérato-conjonctivite vernale ?
C’est une pathologie rare dont le mécanisme n’est qu’incomplètement connue et qui touche quasi exclusivement les jeunes enfants (et préférentiellement les garçons). Elle associe des phénomènes d’allergie immédiate et retardée et d’autres mal connues impliquant un autre type de cellule :l’éosinophile. Dans la moitié des cas curieusement les enfants ne sont absolument pas allergiques. Neuf fois sur dix la pathologie s’éteint à l’adolescence. Les enfants présentent d’importantes démangeaisons oculaires associées à une gène à la lumière et à des sécrétions abondantes surtout le matin. L’atteinte si elle est toujours bilatérale est fréquemment plus sévère d’un côté. A l’examen on retrouve fréquemment des pavés sous les paupières supérieures associés à des nodules de trantas autour du limbe et à des sécrétions blanchâtres. Les formes graves peuvent se compliquer de kératites sévère voir d’ulcère vernal qui faut traiter en urgence pour éviter une cicatrice cornéenne définitive. Leur prise en charge est plus complexe que les conjonctivites allergiques banales et peut nécessiter des traitements d’exceptions (collyre ciclosporine, injections sous tarsale de cortisone retard, réparation de la cornée après ulcère vernale par greffe de membrane amniotique).
Qu’est-ce que la kérato-conjonctivite atopique ?
Il s’agit d’une pathologie touchant des patients ayant un terrain particulier : les atopiques. Ce sont des patients qui présentent un ensemble de pathologies allergiques plus ou moins associées à des niveaux variables (eczéma et/ou asthme et/ou rhinite et/ou conjonctivite et/ou urticaire). Elle touche préférentiellement l’adulte jeune mais peut se voir aussi chez l’enfant soit sous cette forme soit sous la forme d’une kérato-conjonctivite vernale qui pourra alors soit s’éteindre comme nous l’avons vu, soit perdurer sous la forme d’une kérato-conjonctivite atopique. Les symptômes sont les mêmes que dans la vernale mais les ulcères sont moins fréquents et l’atteinte est symétrique. De plus un eczéma des paupières est quasiment toujours associé à un degré plus ou moins sévère. La aussi la prise en charge est plus complexe que pour la conjonctivite allergique banale ( collyres ciclosporine, immunosuppresseurs par voie générale).
Qu’est ce que le collyre à la ciclosporine ?
La ciclosporine est un immunosuppresseur, sous forme de collyre il s’agit en bloquant les phénomènes inflammatoires quelle que soit leur origine. Il ne pénètre pas dans l’œil ou dans l’organisme, il peut donc être utilisé quelque soit l’âge du patient y compris chez les enfants. Il n’agit pas de manière instantanée mais au bout de plusieurs semaines. Il n’est donc pas utilisé en traitement de crise mais en traitement de fond sur plusieurs mois : dans les cas de cortico-dépendance ou de nécessité d’un traitement oculaire immuno-dépresseur au long court. Dans les pathologies allergiques on peut donc être amené à l’utiliser dans les kératoconjonctivites vernales ou atopiques corticodépendantes et dans le cas d’ulcère vernale. Il est également utilisé dans les syndromes de sécheresse oculaire inflammatoires, dont l’archétype est le syndrome de Gougerot Sjogren, dans les problèmes de rejets de greffes de cornées, pour limiter les risques de récidives pour certains ptérygions récidivants, et dans certaines kératites auto-immunes. Le Docteur Fauquier participe en ce moment à une étude concernant l’utilisation d’un nouveau collyre à la ciclosporine pour les enfants atteints de kérato-conjonctivite vernale, la période d’inclusion de terminera le 31 juillet 2014.

» Afficher toutes les réponses» Masquer toutes les réponses

Allergie palpébrale au vernis à ongles

Allergie palpébrale au vernis à ongles

Allergie oculaire et palpébrale à un collyre

Allergie oculaire et palpébrale à un collyre

kératoconjonctivite vernale 1/2

kératoconjonctivite vernale 1/2

Copyright © Dr Stéphan Fauquier, 2013-2017 - Centre Monticelli-Paradis - 433 bis, rue Paradis - 13008 Marseille, France

Haut

Copyright © Dr Stéphan Fauquier-Centre Monticelli-Paradis, 2013-2017
433 bis, rue Paradis - 13008 Marseille, France

Plan du site - Haut